Zoom sur la mission de chargé d’observation touristique

Les chargé(e)s de mission Observatoire permettent de connaitre l’offre, la fréquentation, la veille touristiques des départements. Pour cela, ils recueillent des données, les analysent, et valorisent leurs résultats afin que l’orientation stratégique de l’ADT/CDT soit la plus pertinente possible.
Fins connaisseurs de leurs départements, ils sont en relation avec tous les acteurs du territoire et mettent à leur disposition des outils d’analyse et d’aide à la décision.

Les activités de l’observatoire dans les ADT/CDT :

Recueil des données :

Assurer l’organisation de la collecte des données auprès des différentes sources existantes: services internes, autres organismes de tourisme, prestataires touristiques. Définir l’organisation de ces données et leur intégration dans les bases de données. Le chargé de mission est garant de la qualité, de la traçabilité et de l’intégrité de ces données.

Conception d’études :

Assurer la conception d’études sur la fréquentation touristique, l’offre, la qualité de l’offre ou autre aspect pour lequel la collecte de données est jugée importante. Les données recueillies sont alors mises en forme et rendues accessibles aux différents publics concernés.

Suivi :

Assurer le suivi économique de l’offre, c’est-à-dire le suivi de la fréquentation des sites et des hébergements, du poids économique des emplois… mais également suivre la qualité de cette offre: quelles sont les tendances d’évolution, la clientèle est-elle satisfaite des prestations proposées ?

Veille :

Assurer la veille marketing (attente et profils des clientèles françaises et étrangères) et la veille concurrentielle (positionnement de la destination face à ses concurrents), c’est-à-dire collecter des informations stratégiques qui permettront d’anticiper les évolutions et innovations du marché.

Conseil :

Les précédentes missions vont constituer autant d’outils à la décision qui vont aider le département à orienter ses stratégies touristiques. Ils vont également permettre de répondre de façon individualisée aux demandes ponctuelles des professionnels et prestataires touristiques du département.

Savoir travailler en mode projet et en équipe est nécessaire à la bonne gestion de l’Observatoire, qui ne doit pas s’isoler des autres services au risque de se déconnecter des missions et objectifs stratégiques de l’ADT/CDT. Il s’agit au contraire d’un service central, qui alimente tous les autres.

Une mission essentielle pour les territoires:

L’observation est un outil incontournable de l’aide à la décision en interne, mais également en externe: les structures locales ne disposent souvent pas de ces outils, bien qu’elles en aient besoin pour orienter leurs stratégies. Elles se réfèrent alors souvent aux analyses du CDT ou de l’ADT de son territoire.

Les observatoires construisent de plus en plus d’outils d’analyse de marketing stratégique: ne se contentant plus d’observer l’offre et la fréquentation, ils analysent les besoins de la clientèle, l’image et l’identité de leur territoire. L’analyse des retours sur investissements des opérations menées sur leur département constitue également un champ d’étude en extension.

Les études menées par les observatoires se doivent de répondre aux demande des acteurs du territoire tout autant qu’elles participent à l’élaboration de la stratégie interne de l’ADT/CDT.

Pour mener à bien l’ensemble de ses missions, l’observatoire du département ne travaille pas seul, mais en collaboration avec d’autres structures : Comités Régionaux du Tourisme, Fédérations Départementales des métiers, Chambres de Commerces, Offices de Tourisme…

« Il faut savoir animer une filière, organiser un réseau, entretenir une relation étroite avec les socio-professionnels du territoire afin qu’ils comprennent l’intérêt qu’ils ont à participer aux études du département, et soient capables de remonter rapidement des informations fiables ».

Le CDT des Alpes de Hautes Provence présente ses chiffres-clés en vidéo :

Une amplitude d’action qui peut différer selon les départements:

Les chargé(e)s de mission Observatoire peuvent aussi être chargés de la gestion du Centre de Ressources (si il existe), des statistiques de la Centrale de Réservation (si l’ADT y est rattaché). Ils peuvent de même être accompagnateurs des porteurs de projet sur le territoire.
Ces missions sont souvent fonction de la taille de la structure : un(e) chargé(e) de mission Observatoire peut travailler de façon autonome dans un petit ADT/CDT, ou au sein d’une équipe de 3 ou 4 pour un département touristique important.

Le profil des chargés d’observation touristique

Qualités personnelles :
La rigueur, l’esprit d’analyse et de synthèse sont des qualités indispensables à tout chargé de mission observation. Il est également important d’avoir un bon sens de l’organisation, de travailler avec méthode et logique, d’avoir le goût des chiffres. La curiosité, l’envie d’apprendre permettent d’aller plus loin, et la patience, la persévérance et la pédagogie permettent de répondre au mieux aux attentes des acteurs du territoire.

Compétences requises :
Des compétences en statistiques et en développement touristiques sont nécessaires pour ce poste, tout comme la maitrise de l’informatique (logiciels bureautiques et statistiques). Des qualités rédactionnelles seront un atout indéniable. Enfin, il faut pouvoir comprendre les stratégies d’un territoire, connaitre son offre, afin de pouvoir répondre aux enjeux d’une demande et être capable de mobiliser les acteurs dans une démarche.

Quelles formations pour y arriver ?
Les chargés de missions Observatoire ont un niveau minimum Bac +4/+5.
Souvent d’abord diplômés d’une formation plus générale (un Bac+3 ou +4 en Géographie, en Economie, Commerce…), ils se spécialisent ensuite en Tourisme et/ou en Aménagement du Territoire.

Les Masters d’aménagement touristique et Masters de gestion des organisations touristiques sont les diplômes qui préparent à ce métier.

Rn2D accompagne les chargés d’observation touristique

Séminaire FVT ©Rn2DAu travers du groupe de discussion observation et d’une rencontre annuelle, Rn2D favorise la mise en réseau des chargés d’observation. Ces derniers sont en effet demandeurs de données comparables et sont souvent confrontés aux mêmes problématiques telles que : enquêtes auprès des hébergements insolites, recherches d’études spécifiques, partages de chiffres,…

Rn2D représente le réseau auprès des instances nationales (DGCIS, Atout France, INSEE…) s’assurant de faire remonter les attentes des chargés d’observation auprès des producteurs de statistiques et études. Rn2D coordonne notamment la participation des observatoires départementaux à une enquête de conjoncture estivale, menée en partenariat avec Atout France, Offices de tourisme de France, et Ski France (OTSI des stations de montagne).

Rn2D développe des outils mutualisés pour ses adhérents et innove. Rn2D a ainsi développé et anime la « base de données des hébergements touristiques » qui permet de comparer les parcs d’hébergements entre les départements.

Fort de l’expérimentation menée par Bouches du Rhône Tourisme avec Orange, Rn2D a signé en novembre 2013 un partenariat innovant avec Orange visant à développer le dispositif Flux Vision Tourisme, permettant de mesurer des flux de populations touristiques sur les territoires à partir de la téléphonie mobile.

Quelques témoignages (prochainement)

Interview de C. Berlingué (photo©DR)
Christel Berlingué (Rn2D)

Interview de N. Beaupain (photo©DR)
Nicolas Beaupain (Doubs)

Interview de M. Carniel-Fabre (photo©DR)
Mireille Carniel-Fabre (Hérault)

Interview d'A. Gévodant (photo©DR)
Alain Gévaudant (Vaucluse)