Zoom sur la mission d’animation de réseaux / labels / filières

A l’aise dans tous les aspects liés à la communication (relationnel, rédactionnel, prise de parole en public…), les animateurs et animatrices de filières ont pour mission de faire travailler ensemble des acteurs qui ne le feraient peut-être pas spontanément. Les missions de l’animation de filières sont relativement nouvelles, et ont fortement évolué ces 10 dernières années. 

Les activités de l’animation de réseaux

©Rn2DPour mobiliser et dynamiser les réseaux d’adhérents et de prestataires, les animateurs/trices vont pouvoir mettre en place différents types d’actions :

Faire participer les adhérents ou prestataires aux actions mises en place par le département
identifier les adhérents potentiels et prestataires du réseau dans une démarche prospective; organiser des rencontres qui permettent aux acteurs de s’informer, de discuter entre eux, de débattre, de mieux connaitre le marché et d’éventuellement aboutir à des propositions. Il faut également créer et alimenter des outils (une base de données regroupant les prestataires par exemple).

Informer sur la politique touristique locale :
mener des actions de promotion et de communication sur la filière ou le label concerné, ce qui permettra  de consolider la visibilité des différents adhérents ou prestataires. Développer la veille économique sur le territoire et diffuser les informations   obtenues. L’information doit se faire dans le partage: les acteurs font remonter à l’animateur/trice des informations que celui/celle-ci pourra    transmettre à l’ensemble de la filière.

Favoriser les synergies et les partenariats :
pour une meilleure efficacité des actions de promotion sur le territoire : soutenir les initiatives, amplifier leur importance, et surtout assurer leur complémentarité. Cela passe par le développement de partenariats et la coopération des acteurs,: il s’agit de faire travailler ensemble des personnes qui n’en ont pas l’habitude (par exemple des viticulteurs et des hébergeurs/restaurateurs).

Chercher à développer les compétences des adhérents ou prestataires,
hors de leur champ de compétence habituel, par l’échange de pratiques ou d’expériences : en organisant des formations, en montant des journées techniques sur un thème particulier, ou encore en coordonnant des groupes de travail.

Gestion administrative :
une bonne gestion administrative est nécessaire pour mettre en place de façon efficace les autres missions  du métier d’animateur/trice.

Être chargé(e) d’une mission d’animation :

  • C’est travailler sur une grande diversité de sujets : promotion, communication, gestion, formation, juridique…
  • C’est répartir son temps entre travail de terrain (rencontre des prestataires, animation de réunions…) et mise en place d’une stratégie touristique (élaboration, mise en œuvre et suivi d’un plan d’action…).
  • C’est s’adapter en permanence à des dispositifs en perpétuelle évolution, qu’il s’agisse des labels en eux-mêmes ou des moyens d’actions (utilisation des TIC…)
  • C’est enfin se mettre au service des acteurs de son département, et avoir la satisfaction de se sentir utile auprès d’eux.

Les filières, réseaux, labels valorisés par les ADT/CDT

  • Les filières : Tourisme adapté, Vélo, Tourisme équestre, Développement Durable, Parcs et Jardins, Oenotourisme, Gastronomie
  • Les réseaux : Logis de France, Gites de France, Clévacances, Réseau des OTSI, Réseaux locaux
  • Les labels : Vignoble & Découvertes, Tourisme & Handicap, Camping Qualité, Villes et villages fleuris, Bistrots nature

Le profil des animateurs de réseaux / labels / filières dans les ADT / CDT

©Rn2DLes qualités relationnelles sont indispensables pour exercer le métier d’animateur/trice : il faut aimer le travail de terrain, le contact et les échanges. De bonnes capacités d’organisation sont  également requises.

Il faut être capable de fédérer autour de soi, de convaincre, d’être force de proposition.

Au service d’un réseau de prestataires, adaptabilité, mobilité, flexibilité et disponibilité sont des qualités dont il faut savoir faire preuve au quotidien.

Être chargé d’une mission d’animation nécessite une très bonne connaissance du territoire sur lequel on l’exerce, mais également de la filière ou du label dont on est responsable.

Il faut également être assez polyvalent, car les dossiers peuvent être multiples. Mais également, savoir prendre en compte une demande,  être capable d’établir un plan d’action stratégique, de prendre des initiatives.

 » Exercer la mission d’animation de réseau / filières / labels nécessite d’aimer le contact : écouter les gens qui travaillent avec vous, les faire se rencontrer afin de favoriser les échanges d’expérience, les faire évoluer, répondre à leur besoins… »

Quelles formations pour y arriver ?
Il n’existe pas de formations spécifiques pour devenir animateur/trice de filière.
Pour exercer ce métier, il faut un niveau BAC +2 minimum, dans le domaine du tourisme, de la commercialisation ou de la communication.
Des formations professionnelles, comme celles proposées en interne par le Rn2D à ses adhérents, permettent d’acquérir différentes techniques d’animation de réseau.

Rn2D accompagne les animateurs de réseaux / labels / filières

©Rn2DRn2D représente ses adhérents dans les instances nationales des marques et labels (Vignobles & Découvertes, Tourisme & Handicap, Accueil Vélo, Qualité Tourisme, etc.) en participant selon les cas au Conseil d’Administration ou aux différents groupes de travail. Rn2D propose donc ainsi également une veille permanente pour ses adhérents et les informe régulièrement.

Tout au long de l’année, Rn2D organise des Rencontres thématiques sur ces différents réseaux, filières et labels. Tables rondes, échanges de bonnes pratiques, ateliers et informations réglementaires rythment ces journées régulières qui réunissent l’ensemble des personnes en charge du dossier concerné au sein des CDT/ADT. Par ailleurs, une journée réservée aux Directeurs est organisée une à deux fois par an. Au cours de ces journées, l’animation de réseaux, de filières et des labels est très souvent évoquée et approfondie en séance, agrémentée de témoignages.

Toute l’année, les membres du réseau peuvent échanger documents, informations et interrogations via la plateforme collaborative qu’est l’extranet accessible sur www.rn2d.org. Des communautés et des groupes de discussion permettent également aux membres de maintenir ce contact.

Quelques témoignages (prochainement disponibles)

Pascale Lambert (Côte d'Or)
Pascale Lambert (Côte d’Or)

Catherine Lecomte (Interagir)
Catherine Lecomte (Interagir)

Catherine Boussi (Seine et Marne)
Catherine Boussi (Seine et Marne)

Marina Juin (Mayenne)
Marina Juin (Mayenne)

Véronique Molliet (Rhône)
Véronique Molliet (Rhône)

Marguerite Rolland (Anjou)
Marguerite Rolland (Anjou)